Aller au contenu principal
Intelligence émotionnelle

3 points clés pour développer l’intelligence sociale

eye 213 Publié le 20 Jul. 2020
Intelligence
tag #Intelligence émotionnelle

L’aisance relationnelle fait désormais partie des compétences les plus recherchées en entreprise, d’autant plus chez les managers. Cette qualité, qui peut être intuitive chez certaines personnes, peut fort heureusement être développée assez simplement, mais elle demande d’adopter un bon état d’esprit. Ecoute, respect mutuel, adaptation au contexte, clarté du discours : les atouts à s’attacher à développer son intelligence sociale sont nombreux.

Découvrons ensemble quels sont les 3 points clés sur lesquels s’attarder pour peaufiner son intelligence sociale.

1. L’observation

Pour démarrer sur une bonne base, il faut tout d’abord faire preuve d’observation. Il s’agit d’analyser le contexte, les personnes, les relations entre ces personnes, et les règles sociales qui régissent le lieu où vous vous trouvez.

Observer le langage non verbal des personnes présentes dans une pièce vous offre énormément d’informations sur le contexte émotionnel dans lequel vous vous trouvez. Leurs bras et leurs jambes sont-ils croisés, ou au contraire, ouverts ? Leurs regards sont-ils fuyants ou bien directs ? De cette façon, vous pourrez adapter plus facilement votre attitude et votre comportement à la ou les personnes qui vous font face.

L’observation est une étape essentielle au bon développement de sa propre intelligence sociale. En effet, lorsque vous connaîtrez les objectifs, les motivations, les besoins des différentes personnes, vous pourrez ainsi vous-même vous adapter au mieux pour échanger efficacement avec celles-ci.

Enfin, cette première phrase vous permettra de faire le point sur les règles sociales régissant la situation. Dans le cadre professionnel, cela peut être : les pratiques de l’entreprise, le code vestimentaire , ou encore les règles hiérarchiques.

2. L’empathie

Par la suite, il s’agit de faire preuve d’empathie envers les différents collaborateurs de l’entreprise. On ne parle pas ici d’être une éponge sentimentale, mais bien de se mettre à la place de l’autre pour comprendre ce qu’il ressent. N’oubliez pas que chacun ressent les émotions différemment. Soyez donc attentif aux mots employés, afin de ne pas tomber dans le piège du décalage de perception.

Afin que l’autre se sente en confiance, et s’ouvre pleinement à vous, vous pouvez adapter votre niveau de langage au sien, ou encore synchroniser vos attitudes aux siennes. Si un de vos collaborateurs, par exemple, se tient d’une certaine manière, vous pouvez adopter la même que lui. Cela nouera d’autant plus de liens. C’est ce que l’on appelle le langage “empathique”.

Respectez toujours les opinions d’autrui, même si vous êtes en désaccord. En effet, vouloir montrer à tout prix à l’autre qu’on a raison est bien souvent perçue comme une agression. Faites au contraire preuve de respect. Evitez tout jugement hâtif, qui renverrait à vos propres valeurs, et ne faites pas preuve de généralité.

Attachez vous également à faire preuve de clarté lorsque vous parlez. Ainsi, les messages seront correctement transmis et interprétés.

3. Le charisme

Vous pensiez que le charisme était inné ? Détrompez-vous ! Il se développe tout le long de la vie. Travailler sur cet atout libérera votre authenticité et approfondira votre capacité de communication pour avoir de la conversation.

Il existe plusieurs points clés pour développer son charisme : écouter les autres sans interrompre, donner son avis sans chercher à ce que l’autre y adhère absolument, rester spontané, admettre ses erreurs… Mais surtout : sourire ! Une personnalité souriante permet d’avoir une attitude invitante, et montre toute la confiance que vous avez en vous.

Les personnes charismatiques ont des facilités dans leurs vies professionnelles : elles sont capable d’influencer les autres, et sont très souvent très appréciées, voire même, admirées !

Ces 3 points - l’observation, l’empathie et le charisme - ne sont évidemment pas les seuls éléments à prendre en compte. Pour autant, commencer à vous exercer sur ces trois pratiques apportera très rapidement des résultats sur vos relations à autrui. Vous verrez qu’elles sont également interdépendantes : vous percevrez des progrès à chaque niveau si vous accentuez l’une ou l’autre. Rappelez-vous de vous exercer quotidiennement !

Pour aller plus loin, vous pouvez également lire notre ebook à ce sujet, disponible ici.

Kate Gatens

Consultante éditoriale

Contributeur

Ces articles peuvent également vous intéresser
Intelligence émotionnelle | 17 juil 2019
Soft skills au travail : mode d’emploi et astuces pour les développer

Avoir des compétences professionnelles est une chose. Savoir gérer ses émotions et avoir un bon relationnel en est une autre. En effet, quel intérêt pour l’entreprise de recruter un élément bon uniquement sur papier si personne n’aime travailler avec lui ?

Intelligence émotionnelle | 15 juil 2019
Quand les émotions prennent les commandes…au travail

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passait dans la tête de votre interlocuteur ? Savez-vous bien identifier ces petites voix, à l’intérieur de votre tête qui vous guident au quotidien ? Cela me rappelle le film d’animation de Disney-Pixar - Vice Versa- qui s’est posé ces mêmes questions.