Aller au contenu principal
Tendances RH

Les intérêts professionnels favorisent le bien-être au travail

eye 25 Publié le 14 Nov. 2019
interets_professionnels
tag #Conseils RH

Alors que la France arrive au 3eme rang des pays recensant le plus grand nombre de burn-out, le bien-être au travail est une question centrale aussi bien dans la gestion des carrières que dans le recrutement. 
Comment les intérêts professionnels peuvent-ils favoriser le bien-être au travail ? Le point avec Helen Simard, consultante psychologue.

Comment définiriez-vous le bien-être au travail et quels sont les enjeux en entreprise ?

Selon la définition officielle donnée par l’OMS, le bien-être au travail est un état d’esprit dynamique, caractérisé par une harmonie satisfaisante entre les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur, d’une part, et les contraintes et les possibilités du milieu, d’autre part. Les employeurs et les collaborateurs sont coresponsables de ce concept. Les premiers doivent instaurer un environnement sain, de bonnes conditions de travail, un management bienveillant ou encore une équité de gestion ; tandis que les seconds doivent trouver un sens à leur mission et définir leurs besoins, leurs capacités et de quelles façons et dans quel environnement, ils souhaitent travailler. Plus les collaborateurs se sentent bien dans leur travail, plus ils sont productifs et fidèles à leur entreprise.

Quel rôle jouent les intérêts professionnels dans le bien-être au travail ?

Le bien-être, le plaisir et le bonheur au travail reposent en grande partie sur l’intérêt et la motivation qu’éprouve un salarié au travail. Il est donc essentiel, dès le recrutement, d’évaluer si l’emploi et l’entreprise où un candidat est susceptible d’être embauché, seront pour lui source de plaisir et d’épanouissement.
Aujourd’hui, les processus de recrutement se cantonnent encore trop souvent à l’évaluation des compétences. Si ces informations demeurent bien sûr essentielles en permettant d’anticiper sur la capacité du candidat à bien réaliser ses missions, il ne faut pas pour autant sous-estimer l’évaluation des intérêts, comme sources de satisfaction, des motivations et du plaisir au travail. En évaluant dès la phase de recrutement les intérêts d’un candidat, l’entreprise peut ainsi discerner lequel sera le plus motivé par le poste, séduit par son environnement, et donc restera plus longtemps. Cela permet ainsi de sécuriser les décisions de recrutement.

Comment l’outil de Central Test, VOCATION, permet-il de répondre à cet enjeu ?

VOCATION est un inventaire d’intérêts professionnels, basé sur le modèle RIASEC qui évalue les intérêts et les valeurs du futur collaborateur, ses aptitudes potentielles, ses traits de caractère, son style d’apprentissage et ses environnements de travail où il pourrait le mieux évoluer.  Le questionnaire est court et moderne, et reflète au mieux l’environnement de travail actuel. Il permet de réduire les éventuels biais culturels et les résultats permettent de positionner le candidat par rapport à 138 groupes de métiers et 51 compétences comportementales.

C’est un outil incontournable à la fois pour l’orientation professionnelle, les plans de développement individuels, ainsi que les processus de recrutement.

Publié sur RH Matin

Ces articles peuvent également vous intéresser
Tendances RH | 03 nov 2022
Des clés pour comprendre et gérer le Quiet Quitting

Après la Grande Démission, c’est la Démission Silencieuse, ou Quiet Quitting, qui déboule dans ce monde du travail post-pandémique. Si 80% des gens ont eu un ressenti négatif face à ce phénomène*, la Démission Silencieuse traduit néanmoins une réalité avec laquelle il faut désormais composer.

Tendances RH | 05 mai 2022
Les nouvelles compétences à l’ère de l’hybridation

Le travail hybride s’est fortement développé et oblige les entreprises à revoir leur mode de fonctionnement. Cette nouvelle façon de travailler implique d'imposantes restructurations et modifie la dynamique relationnelle.

Conseils en recrutement | 14 avr 2022
Comment trouver les talents ? 3 pistes pour optimiser vos recrutements

Aujourd’hui, 75% des entreprises qui ont du mal à recruter l’expliquent par un manque de profils qualifiés*. Face à celà et pour pallier un ralentissement de l’activité, certaines entreprises optent pour la délocalisation en employant des profils à l’étranger.