Blog

Articles, conseils et avis d’experts

Vous êtes ici

Le potentiel au delà du QI

14 Sep 2011

Le potentiel au delà du QI

Si le QI est aujourd'hui la référence en matière d'intelligence, d'autres facteurs, souvent négligés, sont autant essentiels à notre succès.

Que ce soit dans le langage commun, chez les experts en psychologie ou dans les médias, le QI est devenu la référence absolue de l'intelligence. Sur Google, les mot-clé "QI" ou "test QI" sont parmi les plus populaires. L'équipe Recherche & Développement de Central Test vous propose un état des lieux sur les atouts et les limites du QI, ainsi que son impact relatif sur la réussite professionnelle.

Points clés :
 

  •  L'intelligence est complexe. Deux conceptions de l'intelligence s'affrontent, l'une unitaire, centrée autour du facteur général d'intelligence, et l'autre multiple.
  •  Le QI est le principal indicateur de l'intelligence reconnu internationalement avec une note étalonnée.
  •  La performance scolaire et professionnelle est corrélée avec le QI jusqu'à un certain niveau au-delà duquel d'autres facteurs jouent un rôle plus important.
  •  Pour Central Test, présent dans de nombreux pays, les tests de QI ne représentent que 8% des tests administrés en 2011. Généralement, les RH utilisent une combinaison de tests.
  •  Le QI joue un rôle moindre dans la réussite de certaines tâches, voire certains métiers, par rapport à d'autres capacités telles que le Quotient Emotionnel (QE), la créativité, le langage, la réflexion méthodologique, la pensée critique, l'intuition et la vision globale.

 

 

La complexité de l'intelligence

Les psychologues s'accordent à définir l'intelligence comme la capacité globale à agir de façon intentionnée, à penser rationnellement et à s'adapter efficacement à son environnement. 
Certains psychologues comme Charles Spearman privilégient une approche unitaire de l'intelligence, dont le facteur général d'intelligence, mesuré par le QI, est le dénominateur commun, avec des aptitudes spécifiques comme l'intelligence logique, spatiale, verbale ou numérique.
D'autres psychologues mettent en avant une approche multiple et différenciée de l'intelligence comme Howard Gardner (selon lequel il existe 8 types d'intelligence : spatiale, verbale, kinesthésique, logico-mathématique, inter-personnelle, intra-personnelle, musicale et écologique) ou Robert Sternberg (intelligence analytique, créative et pratique). 

Sans doute, ces approches sont-elles conciliables. L'intelligence est complexe et nous sommes encore loin d'en avoir découvert toute la subtilité. Les progrès combinés de la psychologie et des neurosciences vont nous y aider.

Qu'est-ce que le QI?

Un moyen commun de mesurer l'intelligence est d'utiliser le QI. Les premiers tests de QI ont été développés par le psychologue français Alfred Binet en 1904 afin d'identifier les enfants qui peuvent présenter des risques de difficulté scolaire. Cette méthodologie a été reprise quelques années plus tard par des chercheurs américains (H.H. Goddard, Lewis M. Terman) dans le but de généraliser l'évaluation de l'intelligence, en positionnant un individu par rapport à sa population de référence. Ainsi, les échelles d'intelligence de Standord-Binet et de Wechsler deviendront les standards des tests de QI pendant des décennies et donneront naissance à une véritable industrie de l'évaluation des aptitudes intellectuelles.

Les tests de QI évaluent des habiletés cognitives telles que le raisonnement logique, verbal et numérique (voir par exemple le Test de raisonnement). Par convention, les scores QI, résultant des scores aux habiletés spécifiques, sont convertis sur une échelle dont la moyenne est 100 et l'écart-type de 15. Ainsi, environ 95% de la population a une note située entre deux écart-type, soit entre 70 et 130.

Qu'est-ce qui détermine un QI faible ou élevé ? Cette question fait débat depuis bien longtemps entre les psychologues, les sociologues et les spécialistes de l'éducation. On arrive aujourd'hui à un consensus selon lequel le QI est déterminé chez l'enfant par l'interaction entre l'hérédité et l'environnement. Chez l'adulte, il existe des corrélations élevées entre le QI et le niveau d'étude, ainsi que la profession.

QI et performance

Encore aujourd'hui, la plupart des gens estiment que le QI est le seul référent en matière d'intelligence et de capacités. Cependant, c'est loin d'être le cas ! Des recherches scientifiques récentes montrent que si le QI est corrélé avec la performance au travail ou dans les études, cette corrélation n'est pas linéaire. La performance augmente avec le QI jusqu'à un certain niveau mais cette performance corrèle ensuite davantage avec d'autres facteurs tels que la personnalité, les motivations ou l'intelligence émotionnelle.
De plus, l'apport de l'intelligence générale d'un individu sur la performance et la cohésion d'un groupe n'est que faible voire inexistante, à l'inverse de l'intelligence émotionnelle et de la sensibilité sociale, selon une étude menée par Anita Woolley de l'université Carnegie Mellon (Pennsylvanie), publiée le 30 septembre 2010 dans Science.

Les tests de QI en entreprise

Qu'en est-il des tests de QI utilisés en entreprise ? Pour Central Test, l'un des leaders européen des tests psychométriques, les tests de QI ne représentent que 8% des tests passés par ses 3500 clients RH dans le monde. Les tests de personnalité, permettant d'analyser le profil psychologique et son adéquation par rapport à des postes de référence, représentent plus de 60% en volume des tests passés en 2011 à ce jour, suivis par les tests de potentiel en management et en vente.

Les tests de QI sont plus particulièrement administrés pour les profils juniors. Les tests d'intelligence émotionnelle, plus courant chez les cadres, représentent environ 5% des tests administrés. Généralement, les entreprises utilisent une combinaison de tests de personnalité et d'aptitudes afin d'évaluer le potentiel d'un candidat ou d'un salarié.

Les autres facultés, au-delà du QI

Il existe de nombreux modèles prétendant représenter l'ensemble des facultés intellectuelles. Il est certain que nous avons hérité de nombreuses aptitudes, utiles à nos réalisations, autres que notre raisonnement logique. Soulignons d'ailleurs que les tests de QI font appel à notre raisonnement dans un environnement structuré, en l'occurrence via des problématiques données où il existe une seule bonne réponse. Par conséquent, le QI ne prend pas en compte notre comportement dans un environnement non structuré, qui correspondrait mieux à la réalité vécue.

Voici quelques facteurs pertinents au regard de la performance professionnelle.

L'intelligence émotionnelle : Ce concept d'origine anglo-saxonne définit la capacité à identifier et à gérer les émotions. Il peut se mesurer, sur la même base que le QI, via le "Quotient Emotionnel" (ou QE) qui est le dénominateur commun des facultés émotionnelles. Moins connue et pourtant tout aussi importante, l'intelligence émotionnelle commence à faire sa place dans les processus RH.

La créativité : C'est savoir sortir des sentiers battus, trouver des voies différentes, non conventionnelles. Mais ce n'est pas seulement trouver des idées originales. Avant qu'Archimède puisse crier Eurêka, il a déjà fallu qu'il se pose la bonne question. En d'autres termes, pour trouver des solutions innovantes, il faut être capable de se fixer un but et de s'interroger en envisageant les choses sous un angle différent, inédit. Lire l'article à ce sujet.

Le langage : Le langage regroupe des facultés complexes telles que la compréhension, la rédaction ou encore l'art de l'improvisation et du discours. Le facteur "intelligence verbale" tel que mesuré dans les tests d'intelligence ne mesure qu'une infime partie de nos capacités de communication.

La réflexion méthodologique : Cette capacité consiste à s'interroger sur la meilleure façon de procéder dans la résolution d'un problème. Elle peut être évaluée par des mises en situation. Par exemple, on demande à un ingénieur de développer un programme simple pour calculer une addition et une moyenne à partir d'une liste de nombres. L'ingénieur "méthodique" va développer un programme générique et utilisera la fonction "addition" ou "moyenne" comme variable. L'ingénieur "non méthodique" va dupliquer le programme pour l'addition et la moyenne, ce qui implique une gestion plus contraignante du programme par la suite.

La pensée critique : La pensée critique est liée au QI mais le dépasse. Il s'agit d'avoir un jugement sur ce qu'il faut croire ou faire en réponse à une situation, à des observations ou à des arguments complexes. Le General Analytical Aptitude Test (GAAT), édité par Central Test, évalue les aptitudes de pensée critique d'un candidat, avec une déstabilisation garantie pour les candidats déjà surentrainés aux tests de QI.

L'intuition : L'intuition est encore peu étudiée, mais il est certain que notre cerveau est doté de capacités encore insoupçonnées. Notre inconscient enregistre des informations de notre environnement et peut agir subitement sur notre conscient en donnant une alerte sur un danger particulier. L'intuition est indispensable dans bien des métiers, que ce soit chez un commercial ou un journaliste, par exemple, qui va jauger la crédibilité d'une information avant de la vérifier.

Vision globale : C'est la capacité à apprécier une situation dans son ensemble, avec le recul suffisant. Par exemple, un manager doté d'une bonne vision globale garde en tête les objectifs et la stratégie. Il sait intégrer différentes approches et point de vue (financier, technique, commercial...) pour en faire une synthèse et faciliter sa prise de décision.

Les outils édités par Central Test permettent d'évaluer certaines de ces capacités comme l'intelligence émotionnelle et la pensée critique. D'autres capacités comme la créativité ou la vision globale sont analysés au travers de tests de personnalité. Malgré la panoplie d'outils existants, nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir avant de bien connaître et de savoir évaluer, de façon scientifique, des aptitudes telles que la créativité, l'intuition, l'organisation, le langage et même certains aspects de l'intelligence émotionnelle. C'est un véritable challenge pour notre équipe R&D.

 


 
Patrick Leguide
Fondateur et PDG
Président et fondateur de Central Test, Patrick est diplômé en psychologie cognitive et en management. A la tête du département Recherche et Innovation, il participe aussi activement à la création des tests.